9af5b25b4fa792f45a7c29e10cfc7f1836c1f46d
1c73275422facf3195aea653bca81752f275a84e
48ee559f223f2d461b6558e25f1d7add0a0ee172
Bed8106b87a2137c13469efd7ee796b650f8ba3d
C3666ba0bd5fab9eefd80474ff8f87edc432b5cf
6b93f84871af73f949ac84c57fc004c043417ccb
Fermer
cinéma

Lescop

0d32e7d2b25daa6823df965247c7f272be8cc7f1
Après le succès phénoménal de son titre « La Forêt », Lescop a pris le maquis pour emprunter des chemins moins balisés. A nouveau, il sort du bois.

 

On l’avait laissé fuir, presque couler. Passer le coup de cœur pour sa pop au beurre noire, le coup de mou d’un second album paressant lui échapper. Et puis il revient et on sait que les come-back des déchus sont souvent magnifiques. Les sombres étoiles d’Alain Bashung, Daniel Darc et Lou Reed ont tournoyé pendant le KO. Pas de rédemption avec l’album « Rêve parti », mais comme une réappropriation qui passe par la collaboration avec Thibault Frisoni (Bertrand Belin) et Ash Workman (Baxter Dury) à la production. Moins millésimé new-wave à la française, Lescop s’affranchit des références tout en s’épanouissant à l’ombre des Bertrand Belin et Etienne Daho. Une variété moderne et ambitieuse, conjuguant la chanson française sur des déclinaisons pop anglo-saxonnes.

Publié le 26/03/2024 Auteur : Bertrand Lanciaux

 

Vendredi 29 mars, 20h, 11-19€. Le Grand Mix, 5 place Notre Dame, Tourcoing

www.legrandmix.com


Mots clés :