Fermer
danse

L'ENFANT ET LES SORTILÈGES

L'ENFANT ET LES SORTILÈGES (2022)
En 1914, Jacques Rouché alors directeur de l’Opéra de Paris, passe commande à Colette d’un livret de « ballet-féerie ». Dix ans plus tard, il lui propose de reprendre ce projet avec Maurice Ravel. Intitulé Ballet pour ma fille, ce poème en prose devient L’Enfant et les Sortilèges et est créé le 21 mars 1925 à l’Opéra de Monte-Carlo.

Trois ans après le succès de Folles saisons, Gerold Schumann nous entraîne dans une nouvelle fantaisie lyrique. Dans un univers enfantin, le personnage principal âgé d’environ 6 ans n’est pas encore formaté par les règles de la société. Enfant-roi, il n’agit qu’en fonction de ses désirs. Au cours de la pièce, le monde du rêve, régi par le principe de plaisir, est ainsi mis en opposition au principe de réalité. Dans cet univers magique, les émotions de l’enfant sont autant de langages musicaux différents, allant de mélodies mélancoliques en musiques frénétiques, en passant par un véritable feu d’artifice vocal. À travers toute cette palette de sentiments, les spectateurs assistent à la métamorphose de l’enfant. Au début dans l’opposition, il se révolte. Puis les objets  prennent vie, les animaux parlent, chantent. D’hostile, le monde devient peu à peu amical au fur et à mesure que l’enfant apprend à aimer, que sa colère et sa violence cèdent la place à l’empathie et à la gratitude.

Un véritable voyage initiatique pour les enfants, mais aussi pour les adultes qui replongent avec délice dans leurs jeunes années. Un spectacle au goût d’enfance, à savourer comme une friandise. 

Publié le 09/09/2022


Mots clés :