Fermer
Loisir

Parcourir l'histoire à Blois

8447eb75b835e6abd51eac09aa2df1145b87d4a7
Blois, à quelques pas de Chambord et au milieu des châteaux de la Loire constitue le point de départ idéal d'un séjour dans une terre classée patrimoine mondial de l'Unesco et dont les trésors semblent innombrables.


Âgée de 2000 ans la ville possède une riche histoire dont témoigne un patrimoine encore très riche, depuis les anciennes demeures à pans de bois jusqu'au patrimoine industriel plus récent (la chocolaterie Poulain) en passant par le palais épiscopal du XVIIIème, les hôtels particuliers de la Renaissance et les évolutions des aménagements de la cité à travers le temps et jusqu'au magnifique Château royal de Blois. Exemple rare de l'évolution de l'architecture au fil des siècles, ses murs témoignent des grandes périodes de l'histoire française, de la puissance des comtes de Blois au Moyen-Âge jusqu'à l'assassinat du duc de Guise. Dès le VIème siècle le site du château, éperon rocheux dominant la Loire, est occupé. Au IXème siècle, les Comtes de Blois érigent une forteresse qui ne cessera d'être modifiée au cours de siècles suivants.

De cette époque, ne subsistent que quelques vestiges de remparts, la tour « du foix » et la superbe salle des Etats Généraux, vaste pièce séparée en deux nefs jumelles par une série de colonnes. Plus ancienne salle du genre en France, elle doit son nom à la convocation par Henri III d et e deux sessions des états généraux (1576 et 1588) alors qu'ils tente d'éviter l'embrasement du royaume du fait des Guerres de Religion. François Ier laissera aussi sa trace dans le château en faisant réaménager l'aile nord du château au fil de quatre étapes de travaux jusqu'en 1524. L'aile arbore une incontestable influence italienne avec les loggias (inspirées par celles du Vatican), l'escalier à vis et ses pilastres, sans compter les salamandres de François Ier. Catherine de Médicis puis François II, Charles IX et Henri III y logeront aux premier et deuxième étages. Le Duc de Guise y sera assassiné le 23 décembre 1588 alors que le roi tente de rétablir son autorité contestée. Baptisée Aile Louis XII, du nom du Comte de Blois et Duc d'Orléans qui accède au trône en 1498 et entame de vastes travaux pour installer la cour à Blois, l'autre partie alterne entre briques et pierres sur ses façades harmonieusement décorées sans compter la statue royale installée dans une niche au-dessus du portail.

Puis au XVII ème siècle, Gaston d'Orléans et Marie de Médicis viennent s'abriter au château et le château connaît à partir de 1635 de nouveaux travaux sous la conduite de l'architecte Mansart. Plus classique, cette aile arbore une singulière symétrie dans ses fenêtres comprend une vaste coupole surplombant l'escalier d'honneur. Un jardin botanique est même installé puis progressivement abandonné jusqu'à ce que le château soit affecté à l'armée puis rénové au milieu du XIXème siècle. Ce n'est qu'en 1992 que des jardins referont leur apparition. A ne pas manquer : le son et lumière qui anime la cour du château à la tombée de la nuit. Pour prolonger la découverte de la cité, quelques pas vous mèneront à la Maison de la Magie consacrée à Robert-Houdin, père de la prestidigitation moderne et natif de Blois. Les fortifications de la ville s'admirent également, tout comme la Fontaine Louis XII, la cour de l'Hôtel de Ville, le pont Jacques Gabriel qui est le dernier du genre à être construit sur la Loire (283 mètres pour 11 arches) ou, dans un autre genre, la chocolaterie Poulain. Sans oublier la cathédrale Saint-Louis et dans un tout autre genre la Fondation du Doute musée (300 œuvres de 50 artistes) et centre d'art contemporain défendu par l'artiste Ben et en grande partie dévolue au mouvement Fluxus.

Publié le 21/07/2021 Auteur : Guillaume Branquart

Office de Tourisme de Blois-Chambord. https://www.bloischambord.com/
Ville de Blois. www.blois.fr Fondation du Doute,
14 rue de la Paix à Blois. https://www.fondationdudoute.fr/
Maison de la Magie, 1 place du château à Blois-Chambord


Mots clés :