cinéma

Les grands esprits

09e58b01bbbcf18d0cce0639141d6ed3ea7b81a0
François est professeur de lettres agrégé et dispense des cours au célèbre lycée Henri IV. Au cours d'un échange, il évoque la nécessité de ne pas laisser l'enseignement en zones difficiles à de jeunes professeurs. Pris au mot, il se retrouve enseignant dans un collège de banlieue classé REP+ et dsoit conjuguer avec des élèves compliqués et des collègues aux méthodes parfois éloignées de ses pratiques.

Propice aux raccourcis comme aux bonnes surprises, le sujet de l'enseignement en terrain dit difficile est ici abordé à travers les yeux d'un professeur doué mais jamais confronté à des élèves turbulents. Dans le rôle, Denis Podalydès à la fois lunaire et impliqué fait mouche. Un peu perdu dans sa vie personnelle l'homme trouve dans cette mutation une mission salutaire. Olivier Ayache-Vidal fait subtilement glisser son film de la comédie vers un regard plus documentaire, notamment quand il glisse sa caméra dans la salle des professeurs ou autour des tables de cantine. En évitant de se concentrer sur les élèves, le film échappe à la caricature et invite à une découverte plus contrastée de territoires considérés comme compliqués. Avec ses illusions, ses méthodes venues d'ailleurs et son enthousiasme tout frais, la confrontation avec des professeurs plus jeunes mais plus usés s'avère formatrice, tout comme la rencontre avec un élève surprenant. Entre audace et classicisme, Les grands esprits tisse un récit attendu mais émaillé d'épisodes et d'anecdotes mises en scènes et imbriquées avec pertinence. Un film bien troussé malgré une approche et un format très ordinaire.

 

Publié le 12/09/2017

Fable moderne qui mêle le classique et le moderne dans un tableau d'ensemble plutôt bien croqué de l'enseignement et de ses difficultés, Les grands esprits manque toutefois de souffle et d'originalité.

 


Mots clés : Enseignement drame comedie